Bienvenue sur Alexagère

Opinions tranchées, points de vue partiaux, caricatures iconoclastes, analyses simplistes, expressions à l'emporte-pièce, conclusions hâtives...
Des avis sur tout mais surtout des avis. Taquin mais pas moqueur, écorché mais pas donneur de leçon, provocateur... De rires je l'espère.
Retrouvez-moi sur Facebook

mardi 22 novembre 2016

Supernova

à F.

Supernova : étoile en explosion, qui s'accompagne d'une augmentation brève mais fantastiquement intense de sa luminosité. Vue depuis la Terre, une supernova apparaît comme une étoile nouvelle, alors qu'elle correspond en réalité à une étoile qui meurt.

vendredi 30 septembre 2016

Alepsagère

- Tu as vu cette horreur ?
- Laquelle ? En ce moment c'est le catalogue que je redoute...
- Alep.
- Quoi ?
- Alep, Syrie.
- Ah ouais, le truc, là !
- Ouais, le truc, là.
- Ouais bon ben qu'est-ce que tu veux que je te dise ?
- Ça ne te fait rien ? Les russes qui font une partie de Call of Duty en vrai, à coups d'hôpitaux-melbas, 250.000 personnes piégées et des centaines de morts ?
- Franchement, c'est loin, c'est des arabes, je comprends rien, je m'en fous.
- Franchement, c'est simple : un peuple massacré par un dictateur soutenu par un dictateur, dans un pays rongé par le cancer de l'EI financé par d'autres dictateurs avec la bénédiction de leurs fournisseurs.
- Bon... So what ? Tu veux que je pleure ? La guerre c'est l'hygiène du monde. T'es gentil toi, tu as l'air d'oublier la misère qui est sous tes fenêtres. Et puis si ça permet à MBDA de vendre treize AASM à la douzaine, c'est bon pour notre PIB et ça maintient l'emploi.
- Cynicor !
- Bobor ! Qu'est-ce que tu crois ? Et qu'est-ce que tu as fait pour eux, toi ?
- Rien, je n'ai rien fait. Mais je n'ai pas vu beaucoup de bobos changer leur photo de profil Facebook pour inscrire "je suis Alep" et ça me fout le cafard. On pourrait au moins leur envoyer ce message de soutien, à ces pauvres gens.
- Mais t'es gentil avec tes incantations ! Tu veux pourfendre qui ? Tu veux marquer ça sur Facebook ? Et après ? Tu vas changer quelque chose à ta vie, faire quelque chose de concret ? Kiss my ass ! A midi, tu reprendras deux fois des nouilles. T'as qu'à faire Paris-Damas en Vélib et leur livrer des médicaments, au moins ce sera concret.
- Très drôle.
- T'es lâche.
- Non, je suis triste.
- Arrête ta sensiblerie culpabilisante s'il te plaît. Et puis ça sert à quoi d'être sensible ?
- Ça sert à savoir que la vie de ces pauvres gens vaut autant que celle de journalistes de Charlie.
- Pfff... Allez, tu me fais chier avec tes leçons de morale.
- Il n'y a pas de morale. Et quelle leçon ?
- Et puis quoi, tu vas me chanter du Aznavour ? On ne l'entend pas beaucoup ce connard, est-ce que la misère est vraiment moins pénible au soleil ?
- T'as raison, ça fait avancer les choses ce genre de réflexion.
- Ah ouais ? Je vais te dire, il se font massacrer, hé ben c'est autant de réfugiés qui viendront pas crever chez nous.
- Trump, sors de ce corps !
- Tagueule ! Tu penses la même chose. Assume un peu. Tu leur donnes de l'argent toi, quand ils viennent faire la manche aux feux rouges ?
- Pfff... Tu sais très bien que ceux des feux rouges ce sont des manouches.
- Ah ?! Et ça te gêne moins on dirait. C'est quand la dernière fois que tu as été dans un camp de manouches ?
- ...
- Allez, mets-nous Koh Lanta. Tant qu'à voir des maigrichons en slip, autant qu'ils soient débiles et qu'il y ait des cocotiers. La misère intellectuelle a toujours l'air moins pénible au soleil...

mardi 13 septembre 2016

Lino, va t'en

Pour innover, c'est simple.
Prenez une vieille salle de réunion, ou un local pourri, avec si possible une jolie vue.
Négociez un budget avec le DG. 
Rénovez le tout façon D&co : aménagez l'espace avec un mobilier d'occasion recyclé du Loft (et pour 1€ de plus, embarquez les pouffes) ou de toute autre émission de télé-réalité. Il faut absolument des couleurs criardes ou pastel, parce qu'il est important de se croire dans une école maternelle. Ainsi vous pourrez plonger vos clients et prospects dans un mental régressif pour les rendre moins agressifs, le temps de tapoter l'écran de l'iPad géant que vous aurez disposé au milieu de la pièce, comme le gros joujou que tout le monde veut tripoter.

Oui mais avant cela, il faut s'entraîner, faire un bon teasing. Dites aux participants que Casimir va débarquer, et en attendant, distribuez les 18.000 Post-It que vous avez achetés chez Office Depot (à se demander si l'innovation ne serait pas un complot monté par 3M et ladite enseigne de fournitures de bureaux).

Maintenant, dites aux participants de proposer des trucs que dans vingt minutes ils seront tous d'accord dessus et dans deux jours ils auront oublié de quoi ils parlaient. C'est ce qu'on appelle la créativité. Répartissez-les en petits groupes, chacun sa couleur. Au bout de 10 minutes, tout le monde court vers le mur et celui qui a collé le plus de Post-It a gagné. Répétez l'opération jusqu'à épuisement du stock de Post-It. Pour relever l'ambiance, mélangez les carrés et dites que celui qui les rassemble par couleur le plus rapidement, hé ben c'est lui le chef et il gagnera un smoothie. C'est cela la créativité, en fait : une histoire de smoothie. On vous sert la même merde qu'avant, mais colorée et affublée d'une étiquette qui dégouline de coolitude et de c'est-bon-pour-c'que-t'as.

Quand tout le monde est bien chaud, quand ils y croient dur comme fer, alors il est temps de les récompenser. Laissez-les s'approcher du cadre magique et lancez le lâcher de cadres. Lorsque les traces de doigts masquent les icônes, invitez chacun à appuyer sur le bouton rose "Plandaction". Cela apaisera les plus féroces, ceux qui étaient arrivés en chiant des tracteurs.
Imprimez le plan en direct live, version set de table ou tapis de souris que chacun pourra regarder jaunir avec la nostalgie de ce moment.

Pensez à bien communiquer : l'innovation, c'est bien connu, ça se décrète, et surtout ça se crie sur tous les toits. Il est important que tout Paris soit au courant de votre démarche. Ainsi vous pourrez faire passer les concurrents pour des gens hyper ringards, parce que eux, ils n'ont pas mis des bonbons dans les coins, les cons !

N'oubliez pas de facturer 15.000 euros la journée (les Post-It sont offerts).
Ça y est, vous pouvez faire des ateliers de conception innovante !

lundi 1 février 2016

Hyper pas cher

Oups, j'ai raté le rendez-vous de janvier. Mais c'était pour une bonne cause, et d'ailleurs si je ne l'avais pas raté, je n'aurais pas eu matière à écrire ce soir. C'est que voyez-vous, j'étais en week-end près du Palais Royal. Non, pas celui-là, l'autre. J'ai cédé à la tentation d'aller courir sous les orangers avec la compagnie orange. Il faut dire que c'était alléchant, tous ces prix clignotants qui vous font une fellation à travers l'écran. C'est quand on se retrouve assis avec le nez dans le siège de devant qu'on réalise que ce n'était pas une fellation, mais une sodomie. C'est décidé, je ne prendrai plus de compagnie low-cost, ça fait trop mal au cul.

Bonne poire, j'ai laissé la chance au produit, qui sait ? Après tout, je ne suis snob que pendant les dîners en ville, et puis je ne fréquente pas assez de pauvres pour savoir à quoi m'attendre avec Zizijet. A tel point d'ailleurs que la première fois qu'on m'a évoqué le low-cost je pensais qu'on me parlait du sous-sol d'un célèbre bar-lounge parisien. Las ! Entre le marbre de la rue St Honoré et le carrelage de Roissy-CDG, il y a une fosse à habits sales. Du moment où l'on met le pied à l'aéroport jusqu'au moment où l'on débarque, on prend la mesure de ce que signifie le mot cheap. Pas uniquement dans la texture des sandwiches en plastic vendus à prix d'or. Cela, la SNCF l'a inventé il y a quarante ans, autant dire qu'on est immunisé. C'est avant-tout, et surtout, dans l'attitude des gens pas bons qui vous prennent en (dé)charge. C'est à croire que leurs cerveaux aussi sont low-cost. Ici des personnels au sol, là des navigants, dont le regard ne diffère de celui de la vache que par la vague lueur d'intelligence dans celui de la vache. Ils sortent de la même école de formation que les hotliners de Free et Numericable. Vous savez, cette usine qui fabrique des Jean-François et des Marie payés pour vous laisser avec votre problème sur les bras en vous disant que si vous n'êtes pas contents vous n'avez qu'à écrire. C'est simple, ils feraient passer une guichetière de l'URSSAF qu'on dérange à 16H59 pour quelqu'un d'aimable, et un taxi parisien pour quelqu'un avec qui on peut instaurer un dialogue. Raciste et moyenâgeux, certes, mais un dialogue quand même.

"Débranchez-rebranchez votre modem", "attachez-détachez votre ceinture", même combat ! C'est le mot d'ailleurs, tant ils instaurent un rapport de force qu'on devine savamment calculé afin de bien nous montrer que nous avons renoncé à notre statut de client pour endosser celui de bétail. Or, si l'on met à part un petit coup de fer rouge qui vaut plaque d'immatriculation, le bétail est mieux traité que nous-autres passagers. Qu'il est dur, le temps pax ! Obliger les femmes à ranger leur sac à main dans le bagage cabine au prétexte que l'on n'a droit qu'à un seul (putain de) bagage, puis leur dire qu'elles pourront le ressortir en cabine, c'est-à-dire douze mètres plus loin... Franchement j'aimerais rencontrer le consultant qui a facturé la compagnie pour lui pondre cette procédure. Il est trop fort le type, non seulement il a réussi à emmerder plus de monde que Sarkozy en 200 meetings (calmez-vous les amis, ça marche aussi avec Mélenchon), mais en plus il a gagné de l'argent avec une machine à extraire le nôtre. Le Cynical Mystery Tour ne fait pas planer, la boucle de ceinture est bouclée et c'est bien là notre seul droit : la boucler.

J'y allais pour courir un marathon. Je ne pensais pas qu'il commencerait dans l'avion. Moralité : ne jamais s'envoyer en l'air avec n'importe qui, poil aux Easy.

jeudi 31 décembre 2015

Rideau !

L’année se termine, les imbéciles disent « enfin !», comme si la stupide ponctuation que sont ces festivités forcées allait interrompre ou inverser le cours des choses. La St. Sylvestre n’est qu’une grande chasse d’eau que l’on tire sur une diarrhée de niaiseries en tapotant frénétiquement des sms. Faire sauter les datacenters Orange, SFR et Bouygues ce soir, ce serait une bombe lopéramide. Mais bon, je dis rien, je veux pas tomber pour incitation à la constipation en lien avec une entreprise télécom.

Boboland est en deuil. Les morts sont tous des braves types, dit Brassens, repris à l’envi par Le Monde. C’est pas marrant cette galerie de portraits dont on aurait pu être. A bien y regarder, ne l’ont-ils pas un peu cherché tous ces pauvres gens ? C’est vrai, aller voir dans un endroit ciblé, un groupe dont le leader est un catholique intégriste notoire, membre de la NRA et fan de W. Bush… C'est à la limite de la provocation barbeuse. Sont cons ces français, ils ne lisent toujours pas les sous-titres. Et ça, les petites racailles, qui sont aussi armées que merdeuses, elles le savent. On peut mourir de tout, mais pas avec n’importe qui. Surtout quand ça nous permet de vendre des armes. Alors pas touche Nemmouche ! Thalès et Safran te disent merci, Mehdi !

Le monde a de la fièvre. Tu es bien seule, Mafalda. L’autre jour un type a dit dans le journal que la hausse des températures c’est à cause des vents solaires. Il n'a qu’à montrer son cul au soleil, on verra s’il fait des vents. A ce jour, la seule pollution que la COP21 a stoppée, c’est celle du périphérique parisien. Les alter-mondia-couilles qui s’excitent devant les caméras avec leurs guitares, leurs stands à merguez et leurs incantations, ça joue aux durs avec les CRS mais ça ne va pas sur le terrain pour tuer les braconniers. Y’a peut-être un truc à faire, là : reprogrammer les daeschiens pour qu’ils aillent se faire sauter devant chaque type qui veut shooter un éléphant. Comme ils sont stupides, il suffit de les exciter avec un petit missile en forme de rôti de porc et leur dire d’aller exploser devant la défense. Mais avant de les y voir, il faut trouver le traitement hypothermique.

En attendant que les suppos de Safran fassent effet (de serre, bien entendu), le temps fait des ratures, les vacanciers pleurnichent parce que le ski sur herbe, ils ne maîtrisent pas. Cela dit, le ski tout court, non plus. Avec leurs tenues de perroquets, leurs masques de mouches et leur totale incompétence à piloter des planches pourtant conçues pour être plus maniables que jamais, ce sont des dangers publics quand ils s’élancent du haut des pistes au mépris du reste du monde. Un peu de glisse les grise, et tant pis s’ils prennent le risque de scier un gamin en deux avec leurs carres. Le skieur inconscient et le surfeur branleur sont des versions civiles et acceptées de kamikazes, parce qu'ils sont nés du même bouillon de médiocrité en forme d'hexagone, savamment touillé par la Folie Douce. Pour ceux qui ne connaissent pas encore la Folie Douce, c'est une boîte. Enfin, disons qu'elle est au ski ce que la boîte de Petri est à la microbiologie. Une boîte de pète ski, quoi.

Les morts et la chaleur, si les uns découlaient de l'autre ça sonnerait "canicule". En 2015, année dégoulinante, l'un coule sur l'autre, coulis rouge sur glace fondue. On est touché, mais pas couché. Moi je m’en fous, je suis heureux en coulpe. Je préfère les seins de Katy Perry aux intempéries. Mon stress, c’est de savoir si je vais pouvoir continuer à avoir ma Benz l’année prochaine, avec ou sans Joey Starr. Histoire de faire déguerpir tous ces nases en Scenic qui squattent la file de gauche sur la route des vacances parce que ça leur donne l’impression qu’ils sont les chefs la route. Le roi de la route, c’est moi, ok ? Ma Benz, mon shot à ego, mon avion de chasse-plouc, mon agrandisseur de pénis, mon aspirateur à gonzesses, c’est ma signature. L’avantage du terroriste, c’est que lui au moins, il roule vite. Faut juste qu’il pense à ne pas boucler sa ceinture.

Rideau !

samedi 21 novembre 2015

Histoire belge

C’est l’histoire d’un bout de colonne vertébrale qui tombe tout cru sur le capot d'une voiture de police. Et bang ! Merde, une Peugeot toute neuve ! Mercredi, les hommes du RAID sont tombés sur un nid de guêpes. A leur insu, ils ont appris en live la recette du terroriste-melba. Hasna avait pourtant prévenu : si ça continue j'vais m'découper, suivant les pointillés.

Le nid de frelons lui, on le connaît depuis un moment, il est à Bruxelles. Fini le temps où Bruxelles chantait, nous sommes au temps du silence assourdissant à Molenbeek, il résonne jusqu'ici. Dans un coin, ils passent du Trenet, boum, et votre cœur fait boum... Attention Abdelhamid, le djihad rend con, tu vas arrêter de te trémousser comme si tu avais un bâton de dynamite dans le cul ! Ah, pardon. Allez hop, prends ton Thalys et fiche-moi le camp d'entraînement !

Les journalistes, eux, sont contents. Plaies mobiles, en avant les histoires. Play blessure, j’me chope des suées à St. Denis, même le ballon ne tourne plus rond. La faute aux fiches S, S fichent du monde… Je me demande bien où est la vérité. Forcément, quand mon pays a tellement léché la raie des saoudiens, ses plus gros clients pour l'industrie d'armement et plus gros bailleurs de fonds de Daech, elle devient comme un mirage : difficile à percevoir. Si j'avais pu rire de cette catastrophe, j'aurais quatari. De juillet à novembre, marbre à Cannes, l'arbre à came cache la forêt de caméras. Non mais t'as vu c'qui passe ? J'veux l'feuilleton à la place.




Ah, l’Allah, il est vraiment temps que tu changes de représentants de commerce. Ou alors on devrait les envoyer se faire deux ou trois putes, ça les déniaiserait. Poutine y a réfléchi, il vient de comprendre à l’insu de son plein gré que les putes russes, c’est des bombes. Imagine qu’on largue en parachute des régiments de Tatiana, Olga, Svetlana, dans le ciel de Syrie… Là mon ami, je comprendrais que ça te donne envie de sauter, mais je ne te garantis pas qu’elle soient toutes vierges. Et puis d'abord, t'as qu'à remplacer le Captagon par du Viagra. Attends voir, ah oui mais non, c'que je suis bête, ça peut pas marcher : pour faire ça il faut avoir des couilles.

Pas de couilles et espérer se retrouver avec soixante-douze pucelles, faut vraiment être débile mental ! Je vais te dire un truc, faut pas croire tout ce qu’on te raconte, le vendredi ! Tiens par exemple, Sham signifie ‘imposture’ en anglais. Ça me fait mal de l’admettre, mais pour une fois les anglais ont raison. Quant à Bachar, ça veut dire 'boucher' en arabe. Non, pas le petit commerçant halal de ton quartier. Je t'explique : c'est un boucher industriel, le Spanghero du peuple, spécialisé en chair à rien. Il paraît que c'est bon pour son régime. Son business model, c'est le volume. Le prix au kilo de 100.000 morts syriens depuis 4 ans (comme celui des 2.000 hommes, femmes et enfants tués par Boko-Haram au Nigeria le week-end de Charlie) vaudra toujours moins que celui de 130 bobos clopards. C’est comme çaaaaaaa, la la la la la... Je les pleure, le prix au litre de mes larmes augmente et le stock diminue.

Alors, même s'il ne fait pas bon être résident de la République en ce moment, on ne va pas s'arrêter de faire la fête, de boire des coups quand tu les tires et d'aller à des concerts puisque tu es sourd, toi qui as compris "allégeance" quand on te disait "intelligence". Il y a peut-être une exception, un groupe où on regrette que tu n'aies pas l'ouïe fine. Si Téléphone, pardon, les Insus, avaient fait leur retour deux mois plus tard, on aurait joint l'utile à l'agréable : à une enjambée du Carillon, la bombe humaine nous aurait débarrassés de ces vieux croûtons qui tirent une larme aux nostalgiques d’une époque où l’on croyait dur comme fer que la finance allait nous sauver. Ça, c’est vraiment pas moi.

Aux armes, et caetera. Dans mon texte il y a trois insus de secours, comme au Bataclan. Elles resteront toujours ouvertes, une fois.

dimanche 30 août 2015

Des laits, des laits

A l'heure où des millions de migrants - nouveau mot journalistique pour décrire des réfugiés, eux-mêmes euphémismes pour parler de miséreux chétifs qui préfèrent boire la tasse et lécher nos poubelles que mourir dans un camion, et que quand on les sauve, on n'a pas la Légion d'Honneur - arrivent sur nos écrans pendant qu'on est à table, j'avais envie de vous parler de bouffe. Mais pas n'importe laquelle. La bouffe cool, citadine, qui nous parle comme à des cons potes. Celle que rien qu'en la regardant, on est de bonne humeur. Enfin, c'est ce qu'ils essaient de nous vendre, de la bonne humeur en bouteille.

Ils, c'est Michel, Augustin, Jérôme, Ferdinand et les autres. Avec leurs bouclettes, leurs barbichettes, leurs bérets et leur air Innocent, on leur donnerait notre estomac sans confession. Parce qu'ils sont à l'image de leurs cookies et de leurs smoufis, ils sont djeunes, ils sont beaux, ils sont biens, ils sont bios, on dirait les Minions de la bouffe, versions modernes du berger Capitoul. Et surtout, ils nous aiment. Si c'est vrai ! C'est marqué sur l'emballage. Pour mieux nous emballer, ils mettent que des bons produits qui font guili-guili dedans, des bonbons pour bobos à base d'oignons nouveaux, des bonobos. On se sentirait presque coupable d'avoir pulvérisé cette petite orange de façon si mécanique (enfin moi j'ai une excuse, je m'appelle Alex). Et cette banane !... Mère de tous les régimes, il ne lui manque qu'un prénom. Marie-Jeanne, ça irait ?

Ils nous cajolent, en faisant des blagues sur l'étiquette, ce qu'on appelle des blagounettes. Ce qu'elles sont drôles ! Aaah... Ce ton léger, ce faux cool parisien qui dégouline et se répand dans tous les linéaires. Il est très important pour eux de nous parler comme à des débiles. Limite ils nous tutoient en nous tapant sur l'épaule, c'est leur définition du cool. Prêts à toutes les bassesses marketing, ils ramènent leur fraise et ils passent à l'orange. Ils roucoulent pour que le cool coule. Ils nous proposent même de passer les voir. Ben tiens, je vais vous prendre au mot les mecs. Mais je ne viendrai pas seul. Il y aura Pete, Georgie, Dim et moi, des droogies pour des smoothies et on vous obligera à nous faire du Moloko+.

En bons businessmen, ils n'ont pas oublié de faire l'ESCP avant de mettre les gâteaux dans le four. Les ingrédients sont à gauche, la recette est à droite. Quatre hamburgés (en français dans le menu) accompagnés de quelques frites pailletées avenue Charles de Gaulle, 57€... Ferdinand m'a rempli l'estomac et siphonné le porte-monnaie. Il y a quelques mois j'ai croisé Augustin, oui, celui-là, au SIAL. Malgré son visage angélique, il m'a parlé sur un ton pas du tout bio. C'était même plutôt du fast-dégage. Bon , d'accord, j'étais venu parler de risque de fraude, mais quand même ! Bref, la texture de leurs slogans donne à leur purée un goût de vaseline.




Alors écoutez-moi un peu, pauvres nez-de-bœufs, toi le Jérôme, avec ta French bouffe, et toi, le Ferdinand... Me touche pas mon pote, sinon je te fricasse la tête jusqu'à la commotion céréale, service compris. Compris ?